Compositeurs

   

page sous complément permanent

     

 NOTES EXPLICATIVES DES PROGRAMMES

     

Compositeur

Instruments Œuvre

 

   

A

   

 

   

B

   

BACH, C. Ph. E.

 

citation de Carl Philipp Emanuel Bachs sur Josef Haydn: 

   „Lui (Josef Haydn) soit le seul qui a compris mes œuvres et qui sait comment les utiliser.“

BACH, Joh. Seb.

 

 

Violin seul

 

Sonates et Partitions

   Uniques dans l’histoire de la musique sont la méconnaissance et la reconnaissance des Sonates et des partitions pour violon seul de Johann Sébastien Bach, dont l’œuvre dans le développement de la musique occidentale était soumis à des interprétations différentes. Bach composait ses sonates (entre 1717 et 1723) pour un ami violoniste, la présentation au public était prévue et très probablement a eu lieu.

   Seulement après la mort de Bach, quelques musiciens ont commencé à mettre en doute la capacité réelle pour un violoniste de jouer les Sonates et Partitions et si les jouer a un sens; d’autres se sont efforcés de les jouer. En tout cas, en 1802 la première édition a été publiée  par un ancien musicien d’orchestre et après par l’éditeur Nikolaus Simrock. Il a reçu l’autographe d’un collectionneur de musique, Georg Poelchau, qui a sauvé in extremis, à Moscou, les pages qui ont failli être utilisées pour envelopper du fromage.

   En 1839, Félix Mendelssohn Bartholdy  invitait le célèbre violoniste Ferdinand David à participer à un concert historique, dans lequel il devait jouer la

 

 

Chaconne de la Partition en ré mineur pour violon. David refusa en expliquant qu’il se sentirait ridicule d’entrer sur une scène où il n’ y  aurait personne d’autre que lui avec son violon. Joseph Joachim a été le premier violoniste, au 19ème siècle, à jouer la Chaconne dans un concert public, d’abord à Leipzig, puis à Paris. En 1855 Joachim écrivait à Johannes Brahms : « Hier j’ai joué pour la première fois, avec appréhension mais bien, la grande fugue en do majeur de J. S. Bach. » D’ailleurs les concerts de Bach pour violon aussi restaient méconnus.

   Les éditions existantes de ces œuvres pour violon seul, dans lesquelles on trouve l’autographe et une écriture moderne des notes, sont devenues le cheval de bataille entre l’esprit et la faisabilité, parce qu’elles essaient de promouvoir ces pratiques à jouer qui se sont perdues dans le temps - façons de jouer qui étaient connues parmi les violonistes à l’époque de Bach ; ainsi à cette époque il n’était pas nécessaire de le faire remarquer. C’est pourquoi on a crée un « archet Bach » pour pouvoir jouer toutes les notes d’un accord en même temps. Auparavant, un tel archet n’existait pas.

BIBER, H. I. F.

Violine + BC

Sonates des Mystères ou du Rosaire

   La particularité des Sonates de Rosaire pour violon et basso continuo de Heinrich Ignaz Franz Biber est que le violon est accordé de façon inhabituelle. Seulement dans la première sonate les cordes se trouvent dans quintes normales (sol - ré – la - mi), dans « accordatura », pour toutes les autres les cordes doivent être cordés dans d’autres intervalles, dans « scordatura ». Ça veut dire que les sonates des Mystères demandent sept violons accordés différemment pour qu’elles puissent être  entièrement jouées dans un concert. La scordatura rend possible de jouer d’autres accords et figures et elle soutien les affects des sonates par une nouvelle tonalité propre.

   Le cycle des Mystères ou les sonates du Rosaire décrit les mystères de la vie de Marie (cordes) :

 

   

Les cinq mystères de la joie

1. Annonce de la naissance de Jésus-Christ par l’archange Gabriel (sol – ré1 – la1 - mi2)

2. Visite de Marie chez Elisabeth (la-mi1-la1-mi2)

3. Naissance de Jésus-Christ, adoration des bergers (si-fa dièse1-si1-ré2)

4. Jésus-Christ dans le temple, Simson (la-ré1-la1-ré2)

5. Jésus-Christ à l’âge de douze ans dans le temple (la-mi1-la1-do dièse2)

Les cinq mystères douloureux

6. Le calvaire de Jésus-Christ au Mont des Oliviers (la bémol-mi bémol1-sol1-ré2)

7. Flagellation de Jésus-Christ (do1-fa1-la1-do2)

8. Couronnement d’épines (ré1-fa1-si bémol1-ré2)

9. Jésus-Christ sur la via dolorosa (do1-mi1-la1-mi2)

10. Crucifixion (sol-ré1-la1-ré2)

Les cinq mystères glorieux

11. Résurrection (sol-ré1-sol1-ré2, ré1 und sol1 croisées dans la boîte aux chevilles) 

12. Ascension de Jésus-Christ (do1-mi1-sol1-do2)

13. Descente du Saint - Esprit (la-mi1-do dièse2-mi2)

14. Ascension du Marie (la-mi1-la1-ré2)

15. Couronnement de Marie (sol-do1-sol1-ré2)

Passacaille

16. Ange gardien (sol-ré1-la1-mi2) 

C

   

 

   

D

   

 

   

E

   

 

   

F

   

 

   

G

   

 

   

H

   

Haydn, J.

 

citation de Josef Haydn sur Carl Philipp Emanuel Bach:

   „...ce qui me connait trouvera que je doit beaucoup à Emanuel Bach, que je l'avais compris et bien étudié;“

I

   

 

   

J

   

JADIN, H.

 

Jadin comme compositeur

   "Ses formes peuvent être appelées classic et il est un enfant de son temps, quand même sa music contient quleque chose de nouveau qui montre à l'avenir. Des décades plus tard ses phrases devenaient commun, timides avec le pouvoir de germer, mais quand même trés claire à sentir. Sa préférence pour le chromatisme, ses phrases comme au lied dans les mouvements lents,  atmosphères funèbres dans un Allegro et des finals extrèmement nerveuses montrent que Jadin est un homme du premier romantisme. Ce qui est inattendu c'est qu'il se trouvait dans une ambience qui ne montrait pas forcement un développement pareil. Quoi qu'on dirait sur les compositions françaises du 18ième siècle, la musique du Jadin est modeste mais montre une capacité visionaire qui est unique pour cette époque. Probablement il aurait pu jouer un rôle du pionnier parmi les compositeurs contemporains s'il aurait eu la chance de vivre plus longtemps..."

(Hajo Bäß, NCA 99112846-215)

K

   

 

   

L

   

 

   

M

   

 

   

N

   

 

   

O

   

 

   

P

   

 

   

Q

   

 

   

R

   

 

   

S

   

 

   

T

   

TELEMANN, G. Ph.

Violin seul

Fantaisie

   Les Douze Fantaisies pour violon seul sans basse de Georg Philipp Telemann (1735) se distinguent par une grande diversité de formes. Telemann a combiné les éléments d’une sonate, d’un concerto et d’une suite avec beaucoup de fantaisie. Aucun autre compositeur n’a écrit autant d’œuvres pour un à quatre instruments sans basso continuo. Beaucoup de mouvements sont déjà un pas vers l’époque sentimentale de la musique.

U

   

 

   

V

   

 

   

W

   

 

   

X

   

 

   

Y

   

 

   

Z